Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le cholestérol (Santé-Nature-Innovation) et les STATINES

Extrait de la dernière parution de Santé-Nature-Innovation :

La vérité sur les chiffres de l'Institut de Veille Sanitaire

Le « bon » taux de cholestérol n'est pas une valeur scientifique. Il s'agit d'un seuil, déterminé par un consensus d'experts, et qui donc évolue selon les pays, et selon le temps.
La tendance, depuis 20 ans, a été de constamment diminuer le taux maximum de cholestérol LDL recommandé. Alors que vous étiez considéré comme normal si votre taux de cholestérol total était inférieur à 3 g, puis à 2,8 g, puis à 2,4 g/L , avant les années 2000, le but actuel est d'être en-dessous de 2 g/L, et 1,6 g/L si l'on ne prend en compte que le taux de LDL2.
La confusion est telle que vous trouvez encore de nombreux articles sur Internet, par exemple cet article sur Doctissimo, indiquant en toute lettre que, pour un patient sans antécédents cardiovasculaires: « on considère que la valeur normale du taux de LDL-c dans le sang doit être inférieure à à 2,20 g/l . »(3)
Baisser la valeur normale de taux de LDL a eu l'avantage énorme de multiplier le nombre de personnes soumises à un traitement de statines (des médicaments qui font baisser le taux de cholestérol). Des millions de personnes sont sous traitement, pour un prétendu problème de santé qui ne provoque aucun symptôme !!

Le problème, comme le savent les lecteurs fidèles de Santé Nature Innovation, est que réduire le taux de LDL ne diminue pas en soi le risque d'accident cardiovasculaire, ni le risque de décès. En revanche, cela augmente le risque de dépression, de cancer, sans compter que les statines ont de très nombreux effets indésirables, dont une baisse d'énergie, des problèmes musculaires, des troubles de la mémoire, des douleurs.

Les niveaux de cholestérol bientôt revus à la hausse ?

Depuis 2006, on sait que les valeurs de LDL actuellement fixées par les autorités n'ont aucun sens. Une revue publiée dans les Annals of Internal Medicine a conclu qu'il n'existe pas de base scientifique à ces valeurs, et que rien ne prouve qu'atteindre une cible déterminée de LDL ait la moindre importance en soi4.
Selon un tout récent article de la revue scientifique Nature, il pourrait donc y avoir un changement de politique concernant le traitement du cholestérol :

  1. l'idée que moins l'on a de cholestérol, mieux c'est, n'a jamais été démontrée. Il a par contre souvent été relevé dans la littérature médicale que donner des traitements médicaux aux gens sur la base de leur niveau de cholestérol n'avait aucun fondement scientifique5.
  2. L'hypothèse selon laquelle réduire le taux de cholestérol LDL (abusivement appelé « mauvais » cholestérol) se traduit automatiquement par une baisse du risque de maladie et une meilleure santé reste à ce jour une pure supposition. Car il se peut parfaitement que ce médicament nuise par ailleurs à l'organisme, et il semble en particulier que ce soit le cas des statines. On sait que des médicaments qui « améliorent » le taux de lipides dans le sang (comme le torcetrapib) augmentent en même temps le risque d'attaque cardiaque et de décès prématuré. De nombreux médecins continuent à prescrire des médicaments anti-cholestérol comme l'ezetimibe, alors qu'il n'existe aucune preuve qu'il améliore la santé, et certains signes indiquent qu'il augmenterait le risque de cancer.

Tout cela fait dire au cardiologue Harlan Krumholz de l'Université de Yale (Connecticut) qu'il faut arrêter de fixer aux gens des objectifs de niveau de cholestérol LDL. « Nous ne pouvons pas nous contenter de supposer que modifier un facteur de risque est équivalent à modifier le risque lui-même. » a-t-il déclaré, rejoignant ainsi le point de vue défendu en France par le Dr Michel de Lorgeril et le Professeur Philippe Even.
« Si vos artères et votre cœur sont en bonne santé, je me moque de savoir quel est votre taux de LDL ou votre pression sanguine » affirme quant à lui Jay Cohn, un cardiologue de l'Ecole de Médecine de l'Université du Minnesota à Minneapolis.

Jean-Marc Dupuis

(3) Doctissimo. Cholestérol: la nécessité d'atteindre des objectifs.

(4) Ann Intern Med. 2006;145(7):520-530.

(5) Hayward RA, et al. Narrative review: lack of evidence for recommended low-density lipoprotein treatment targets: a solvable problem. Ann Int Med 2006;145:520-530

Vous pouvez retrouver l'intégralité de l'article:

http://www.santenatureinnovation.com/quels-problemes-de-sante/un-cas-decole-de-desinformation-medicale-a-grande-echelle/

_____________________________________________________________________

Un autre point de vue bref : La nouvelle étude de S. Sultan et N. Hynes montre que les statines représentent une des plus grandes fraudes médicales de tous les temps...

http://www.principes-de-sante.com/article/coups-de-gueule-statines-cholesterol-effets-secondaires-catastrophiques.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :