Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réponse à "citoyen honnête"

Je réponds au commentaire de "citoyen honnête"

"citoyen honnête" commente, sur l'article CONNAISSEZ-VOUS LA SOUPE DU DIABLE ACTUELLEMENT ASSOCIEE AUX VACCINS? Ce qui suit est tellement gros qu’on a du mal à le croire. (dans la partie A propos des VACCINS et des médicaments MODERNES ET CHIMIQUES ):

"je pense que le fatras de contre vérité ferait beaucoup plus de mort s'il était entendu que les vaccins n'en feront jamais en 2 siècles. La recrudescence de la polio en particulier en Afrique et au Congo est due à une baisse de la couverture vaccinale due à ce genre d'idées transmise par des groupes intégristes. Le nombre de mort et d'handicapés est facile à connaitre. Affirmer sans preuve est la chose la plus facile au monde"

Je réponds à ce Monsieur, d'après mes connaissances et des études scientifiques sérieuses:

Le problème principal lorsqu'il y a des maladies, c'est l'hygiène. Et ce ne sont pas des vaccins qui vont donner les bonnes réponses, au contraire, ils sont porteurs de maladies, c'est prouvé dans de nombreuses études (voir références dans l'article du blog: A propos des VACCINS et des médicaments MODERNES ET CHIMIQUES ). Sans parler des nombreux cobayes humains et de l'exploitation horrible des animaux, en tant que cobayes, ou matières premières des vaccins....

___________________________________________________

Extrait éclairant d'un récent article de Sylvie Simon sur la polio:

« LOMS affirme que 5 millions d’enfants ont été épargnés de la paralysie et il est instructif d’apprendre d’où ils tirent de tels chiffres. Selon le Dr Jacob Puliyel, en 1988, il y a eu 32 419 cas de poliomyélites paralytiques. De façon arbitraire, l’OMS a augmenté dix fois ce chiffre sous le prétexte de sous-déclarations, annonçant ainsi 350 000 cas. En 2004, avec le changement de définition, seules les cultures de paralysies positives au virus furent considérées comme des polios et il en resta donc 2 000. Si l’on enlève ces 2 000 cas des 350 000 déclarés, il reste donc 348 000 enfants sauvés de la paralysie cette année-là. Voilà comment on manipule les statistiques. » Sylvie Simon

___________________________________________________

Je me permets un extrait d'un article de Sylvie Simon http://www.sylviesimonrevelations.com/article-haro-sur-la-polio-103742852.html

"... La poliomyélite touche principalement les enfants de moins de 5 ans et une infection sur 200 entraîne une paralysie, généralement des jambes. Parmi les enfants paralysés, 5 à 10 % meurent par suite de la paralysie de leurs muscles respiratoires. Or, selon le mathématicien Bernard Guennebaud, pour éradiquer la maladie il faudrait arrêter toute circulation de poliovirus même non paralytiques car ils pourraient le devenir plus tard en se recombinant avec d’autres entérovirus pour redevenir virulents et, sans un niveau d’assainissement suffisant, ce sera sans doute impossible. L’absence de polio paralytique ne pourra jamais permettre d’affirmer que la polio a été éradiquée. « Le poliovirus d’origine vaccinale de type 2 circule toujours et provoque des paralysies alors que le type 2 sauvage n’a pas été observé depuis octobre 1999. Plus on introduira de virus polio vaccinaux dans les intestins des enfants, plus il y aura de chances que certains puissent se maintenir en trouvant des opportunités pour circuler. Pour “priver le virus du terreau fertile” il faudra l’assainissement, très probablement. »

Confirmant ces propos, dans son ouvrage Phobie des microbes et manie vaccinale, le Docteur Yves Couzigou fait remarquer que « les vaccinés, loin de constituer un barrage protecteur vis-à-vis des non-vaccinés, sont au contraire dangereux et peuvent contaminer le reste de la population, puisqu’il est prouvé qu’ils peuvent être porteurs et transmetteurs de virus poliomyélitiques par voie intestinale et peut-être par d’autres voies. »

Depuis plus de 20 ans, les pays « développés » envoient des vaccins dans les pays pauvres, où les enfants meurent de faim et de manque d’hygiène, au lieu de les aider à avoir des adductions d’eau propre ou de la nourriture. Les campagnes de vaccination servent trop souvent à des fins politiques, économiques ou militaires, et trop souvent aussi les populations sont considérées comme des cobayes. Déjà, le 20 janvier 1996, le journal Le Point signalait qu’en Inde 80 millions d’enfants avaient été vaccinés contre la polio en deux jours par le vaccin oral. Cette campagne massive qui a nécessité 500 000 postes de vaccination, 2 millions d’agents et 10 millions de volontaires a été menée comme une opération militaire contre de dangereux terroristes, toujours pour le bien des populations.

Un point majeur jamais évoqué par les grands médias:

L’Inde, prise en exemple pour promouvoir la vaccination en Afrique, vient de rapporter en 2012 son premier cas de VDPV (vaccine derived polio virus). Bien que cette découverte ne remette pas en question son statut de pays exempt de polio car seules les infections causées par la souche du virus sauvage P1 ou P3 sont comptabilisées, d’après les experts, le virus vaccinal peut muter vers une forme paralytique et concerne, chaque année, 100 à 180 enfants indiens. Ainsi, après avoir été excrété par les enfants vaccinés, le virus du vaccin oral a regagné sa neurovirulence et circule dans l’environnement avec la capacité de répandre la maladie. Et ce constat est d’autant plus inquiétant que le VDPV est 3 ou 4 fois plus fréquent que le virus sauvage. étant donné que la polio se propage par la voie fécale dans des pays pauvres et privés d’hygiène, se concentrer sur le système sanitaire et la nutrition serait bien plus sage que fournir des vaccins à des gens qui n’ont pas de quoi se nourrir convenablement, mènent une vie précaire dans un contexte sociopolitique incertain, et cette nouvelle épidémie de VDPV démontre magistralement que le remède est pire que le mal. Cette maladie est cliniquement indifférenciable de la polio paralysante mais deux fois plus mortelle. Comme le signale justement One Click : « Les enfants sont paralysés par le vaccin qui est censé les protéger en Inde et partout ailleurs. C’est l’un des plus grands scandales de ces dix dernières années et il s’étend sans cesse. »

Les experts chargés du contrôle de la polio sont très inquiets car il y a eu dans divers pays, entre juillet 2009 et mars 2011, 430 cas de VDPV et aussi longtemps qu’on persistera à répandre le virus sauvage atténué mais vivant, les enfants fragiles seront des sujets à risques, comme l’expliquent deux experts des CDC : Stephen Cochi and Robert Linkins dans le Journal of Infectious Diseases. On persiste à utiliser le vaccin oral à virus vivant sous le prétexte que le vaccin inactivé est beaucoup plus cher, 3 dollars la dose, et plus difficile à administrer que le vaccin oral qui ne coûte que 0,15 dollar la dose...."

_________________________________________________

INDE - Vaccination anti-poliomyélitique: La maladie causée par le vaccin est deux fois plus meurtrière

Extrait de http://www.initiativecitoyenne.be/article-vaccination-polio-en-inde-la-maladie-causee-par-le-vaccin-deux-fois-plus-meurtriere-103485882.html

"

Indian Journal of MEDICAL ETHICS

Vol. IX, n°2, Apr.-Jun. 2012

Dr Neetu Vashisht, Dr Jacob Puliyel

Résumé :

Il avait été espéré qu’à la suite du programme d’éradication de la poliomyélite, l’immunisation pourrait prendre fin.

Cependant, la synthèse de novo du poliovirus du virus de la poliomyélite en 2002 a rendu cette éradication impossible: http://www.fas.org/biosecurity/education/dualuse/FR/FAS_Wimmer/3_A.html . Le fait d’avoir incité les pays pauvres à dépenser leurs maigres ressources pour un rêve irréalisable depuis une dizaine d'années est, selon nous, contraire à l'éthique.

En outre, alors que l’Inde venait, cette année, d’être déclarée exempte de tout cas de poliomyélite, on a assisté à un énorme accroissement des cas de paralysies flasques aiguës (PFA). En 2011, on a relevé 47.500 nouveaux cas de PFA. Ces cas ne pouvaient cliniquement pas être différenciés des cas de poliomyélites paralytiques, mais s’avéraient deux fois plus meurtriers. L’importance des cas de paralysies flasques aiguës était directement proportionnelle aux doses du vaccin oral reçues. Le principe « primum non nocere » avait donc bel et bien été foulé aux pieds !

Les auteurs veulent faire comprendre que l’énorme montant de 8 milliards de dollars américains qui ont été dépensés pour ce programme, pourrait être considéré dérisoire si, dans le futur, il permettrait au monde de se méfier de pareils programmes verticaux de vaccinations…

http://www.issuesinmedicalethics.org/202co114.html (en anglais)

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22591873 (en anglais)

"